• Studio

De toi à moi (2010)

  • 01.
    Rendez-vous sur Glièse
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    N'aie pas peur
    C'est juste la fin du monde
    N'aie pas peur
    Nous avons trois mille secondes
    Près d'une heure
    Pour arrêter le cours du temps

    N'aie pas peur
    T'es encore plus belle en blonde
    Avec ta robe à fleurs
    Qui te rend un peu gironde
    Par bonheur
    Puisque tu portes notre enfant.

    N'aie pas peur,
    C'est comme quand l'orage gronde
    Y en a qui pleurent
    Et pensent à la fin du monde
    Mais Superman ou Bruce Willis
    Vont nous sauver in extrémis

    Rendez-vous sur Glièse
    Cinq cent quatre-vingt un
    Quel beau vendredi treize
    Crois-moi, tout ira bien

    Nous y serons à l'aise
    L'air et l'eau sont si purs
    Une nouvelle Genèse
    L'eden sur fond d'azur

    N'aie pas peur
    Il nous faudra de la chance
    Beaucoup de coeur
    Et nous armer de patience
    N'aie pas peur
    Même si c'est pas gagné d'avance

    N'aie pas peur
    C'est juste un saut dans le vide
    En douceur
    Nous serons comme des chrysalides
    N'aie pas peur
    Prenons place dans nos astronefs
    Faut bien qu'on fasse confiance au chef

    Rendez-vous sur Glièse
    Cinq cent quatre-vingt un
    Quel beau vendredi treize
    Crois-moi, tout ira bien
    Nous y serons à l'aise
    L'air et l'eau sont si purs
    Une nouvelle Genèse
    L'eden sur fond d'azur

    Mais nous n'avons même pas le temps
    D'emporter quelques souvenirs
    Faut qu'on y aille en courant
    Si seulement nous pouvions choisir
    Deux ou trois choses sans importance
    Quelques photos pour le plaisir
    Plaisir des yeux, plaisir des sens
    Et l'esprit à entretenir

    Botticelli la Vénus blonde
    Da Vinci la douce Joconde,
    Picasso ou l'enfance de l'art
    Un peu de Satie, un peu de Mozart
    Un peu de jazz, un peu d'java
    Et une chanson :"Ah ça ira!"
    Etoile de mer et coquillage
    Quelques douceurs pour le voyage

    Nous trouverons des humanoïdes
    Des sages et des êtres lucides
    Qui en écoutant l'histoire du monde
    Verseront une larme sur notre sort
    Sur Hiroshima, sur l'immonde
    Premier pas vers la grande mort
    Mais qu'importe la fin du monde
    C'est juste un changement de décor

    Et de l'amour, oui de l'amour
    A l'infini, jour après jour
  • 02.
    Pourquoi tu chantes
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    Pourquoi tu chantes
    Pourquoi tu chantes
    Tous mes navires sont à toi
    Disait d'une voix suppliante
    L'armateur à la diva

    Pourquoi tu chantes
    Pourquoi tu chantes
    Ô ma divine Maria
    Tous les matins je réinvente
    Les couleurs du temps pour toi

    Pourquoi je chante ?
    Pourquoi je chante?
    En vérité je ne sais pas
    C'est comme un rêve qui me hante
    Plus fort que toi, plus fort que moi

    Tu peux m'offrir tout l'or du monde
    Tous tes palais, ton armada
    Que veux-tu que je te réponde?
    Pourquoi je chante, oui pourquoi?

    Si tu demandes à l’oiseau
    Pourquoi il vole
    Il poursuivra au plus haut
    Sa course folle
    Plus haut que les orages et la tourmente
    Il vole, il vole libre et moi
    Je chante, je chante, je chante

    Pourquoi tu chantes, pourquoi tu chantes
    Qui sont ces gens autour de toi
    A qui tu donnes frémissante
    Ton âme, et le meilleur de toi

    Reste avec moi, sois plus aimante
    Hier encore j'étais ton roi
    Tu es cruelle indifférente
    Tu chantes et je n'existe pas


    C'est vrai je chante autour du monde
    Tu m'aimes et tu ne comprends pas
    Tu me questionnes et tu me sondes
    Tu doutes. Suis-je encore à toi?

    Tu voudrais que je me morfonde
    Que je m'éteigne auprès de toi
    Que je sois juste douce et féconde
    Et dans ton ombre, et dans ta loi.

    Je suis à toi, je suis ta femme
    De tout mon cœur de tout mon corps
    Mais laisse-moi au moins mon âme
    Je t'aimerai plus fort encore.

    Si tu demandes à l’oiseau
    Pourquoi il vole
    Il poursuivra au plus haut
    Sa course folle
    Plus haut que les orages et la tourmente
    Il vole, il vole libre et moi
    Je chante, je chante
    Je chante
  • 03.
    La boîte à souvenirs
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    On a beau faire on a beau dire
    Ca fait du bien les souvenirs
    Le temps s'affole, on court partout
    Mais vaille que vaille, nous gardons en nous
    Les bons moments qui nous appartiennent
    Tendres secrets, douces madeleines
    Les arcs-en-ciel dans la mémoire
    Qui gardent en éveil les raisons d'y croire

    J'ai dans ma boîte à souvenirs
    De quoi rêver, de quoi tenir
    Une autre vie
    Un vrai florilège, d'instants pris au piège
    De farandoles et de manèges
    Et des amis
    Quelques bribes d'autrefois
    Premier baiser, premier émoi
    Quelques bonheurs touchés du doigt
    Qu'on n'oublie pas
    Et du soleil pour les hivers à venir

    Serait-il fou de construire à deux
    Sous un arpent de ciel peint en bleu
    Pierre après pierre une muraille
    Autour des heures que l'oubli assaille
    Des rendez-vous, au bout de la nuit
    Toutes les chansons, les douces folies
    Tous les orages où seuls sous la pluie
    Nous dansions en attendant l'embellie

    J'ai dans ma boîte à souvenirs
    De quoi rêver, de quoi tenir
    Une autre vie
    Un vrai florilège, d'instants pris au piège
    De farandoles et de manèges
    Et des amis
    Et du soleil pour les hivers à venir

    J'ai dans ma boîte à souvenirs
    De quoi rêver, de quoi tenir
    Une autre vie, une autre vie.
  • 04.
    De toi à moi
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    Un peu de ton sourire sur mes lèvres
    La bonté de ton regard dans mes yeux
    Tu vois la vie peut jouer les orfèvres
    Elle m’a gravé ce que tu as de mieux

    De jour en jour nos traits se superposent
    Sur le portrait que peint le fil du temps
    Et en vivant cette métamorphose
    Je plains celui que j’ai pu être avant

    De toi à moi, je sais
    J’y gagne au change
    De toi à moi, c’est vrai
    Que ça m’arrange
    Tu as déteint sur moi
    C'est l'évidence
    Tu m'as rendu meilleur
    J'ai de la chance

    Et même dans mes pensées, même dans mon âme
    Si tu te cherches tu te trouveras
    Des musiques intérieures tu m’as appris les gammes
    On se ressemble et c’est tant mieux pour moi

    Tu m'as guidé du bon côté des choses
    Et j'ai volé plus haut que toutes mes peurs
    Face à mes vieux démons tu t'interposes
    Tu chasses de ma vie toute laideur

    De toi à moi, je sais
    J’y gagne au change
    Et ça m'arrange, et ça m'arrange

    Et nous marchons ensemble sur la route
    Encore heureux d’aller un peu plus loin
    Et ta main dans ma main pour quand je doute
    Promets-moi que tu seras là demain

    De toi à moi, je sais
    J’y gagne au change
    De toi à moi, c’est vrai
    Que ça m’arrange
    Tu as déteint sur moi
    C'est l'évidence
    Et je t'ai pour miroir
    J'ai de la chance
    De toi à moi, je sais
    J’y gagne au change

    Tu as déteint sur moi
    C'est l'évidence
    Tu m’as rendu meilleur
    J'ai de la chance
    J'ai de la chance
    J'ai de la chance
  • 05.
    Jours de lumière
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    En ce temps-là nous aurions décroché la lune
    Pour gagner le tour gratuit au manège de la vie
    Nous flânions en chemin, nous chantions pour des prunes
    Cueillant de-ci, de-là, le sourire d’une fille

    C’était encore le temps des émotions primaires
    On s’emplissait les yeux d’un coucher de soleil
    Nous n’avions ni le goût, ni le sens des affaires
    Mais un sens de la vie qui n’a plus son pareil

    Comme avant, comme avant
    En ces jours de lumière
    J’aimerais tant retrouver
    Les parfums oubliés
    Des bonheurs ordinaires.
    En ces jours de lumière

    C’était encore le temps des amitiés sans faille
    Prêts pour tous les départs, ensemble à l’arrivée
    Nous étions deux amis et qu’importait la taille
    Nous étions deux géants, nous étions une armée

    Comme avant, comme avant
    En ces jours de lumière
    J’aimerais tant retrouver
    Les parfums oubliés
    Des bonheurs ordinaires.
    En ces jours de lumière

    Nous avions tous les pouvoirs
    Dans nos solitudes d’or
    Nous gardions tous nos espoirs
    Nous ne rampions pas encore
    En ces jours de lumière

    Et nous passions des nuits à retoucher le monde
    Et au petit matin nous avions tout compris
    Nous avions les idées, nous avions la faconde
    Tout devait être beau, il suffisait d’un « Si »

    Comme avant, comme avant
    En ces jours de lumière
    J’aimerais tant retrouver
    Les parfums oubliés
    Des bonheurs ordinaires
    En ces jours de lumière
  • 06.
    Un jour sans toi
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    C’est un jour qui passe, juste un jour de plus
    C’est un jour sans toi qui ne m’apporte rien
    Des souvenirs qui s’éloignent, d’autres espoirs déçus
    C’est un jour qui passe, juste un jour perdu

    C'est un jour à désunir les amoureux
    Un jour gris où ton absence me fait mal
    Comme si la vie s’étiolait, comme si on mourrait un peu
    Comme une envie de se pendre à une étoile

    Un jour sans toi, un tableau sans couleurs
    Sous un ciel sale où pleurent les violons
    Un jour sans toi, un grand trou dans le cœur
    Comme si entre nous s’écroulaient tous les ponts

    C’est un jour qui passe juste un jour de plus
    Quelques heures qui s’enchaînent sans raison
    C’est un bal pour tes beaux yeux où tu n’es pas venue
    C’est un jour qui passe sans rêve et sans but

    C'est un jour à se faire porter disparu
    Un jour de chien où la vie vous mord
    Et on hurle tant et plus, on se dit si j'avais su
    Perdus corps et âme à l'envers du décor

    Un jour sans toi, tout un jour sans lumière
    Même en plein jour je te cherche à tâtons
    Je tourne en rond n’ayant plus rien à faire
    Que soupirer et murmurer ton nom

    C’est un jour qui nous perd encore un peu plus
    Dans le temps qui s’étire entre toi et moi
    Depuis qu’au bout de ma quête je suis tombé des nues
    Dans un monde sans amour où tu n’es pas


    C’est un jour qui passe, juste un jour de plus
    C’est un jour qui passe, juste un jour de plus
    C’est un jour qui passe, juste un jour de plus
  • 07.
    Je reviens
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    J’ai brisé les chaînes du malheur
    J’les laisse dans mon rétroviseur
    La vie n’me fait plus peur
    Je reviens
    Du noir et blanc à la couleur
    Je roule vers des champs de fleurs
    Des promesses de bonheur
    Je reviens

    Des mois sans parler à personne
    Et puis soudain le téléphone
    D’accord…..je suis trop mal sans toi
    J’y croyais plus elle me pardonne
    Comment peut-elle être aussi bonne?
    J’f’rai tout pour la garder cette fois

    Je reviens, je reviens
    Plein d’amour dans le cœur, dans les mains
    Je reviens, je reviens
    Je vais commencer à vivre enfin

    J’étais parti m’chercher ailleurs
    Ailleurs sous des soleils trompeurs
    J’ai ma moisson d’erreurs.
    Je reviens
    Moi l’incompris, le solitaire
    Et mes comédies douces amères
    Où j’ai vite manqué d’air
    Je reviens

    Vers toi que j’avais plantée là
    Un amour trahi sur les bras
    Toi qui aurais pu choisir l’indifférence
    Toi qui es prête à caresser
    La main qui un jour t’a blessée
    Toi qui veux bien m’laisser une dernière chance

    Je reviens, je reviens
    Plein d’amour dans le cœur, dans les mains
    Je reviens, je reviens
    Je vais commencer à vivre enfin

    je reviens, je reviens...
    Plein d'amour dans le cœur, dans les mains
    Je reviens, je reviens
  • 08.
    La beauté des femmes
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    Allez savoir pourquoi
    Y a des jours où la vie
    Nous glisse entre les doigts
    Comme des gouttes de pluie

    Comme une feuille au vent
    On se laisse emporter
    Le passé le présent
    Tout nous semble étranger

    Et on ne reconnait plus rien
    Tous les visages sont éteints
    Tous les décors sont retournés
    Bons pour à la casse

    On ferme les yeux un instant
    Pour voir resurgir du néant
    Un peu d'amour qui a bravé
    Le temps qui passe

    Et la beauté des femmes
    Et le temps suspendu
    A leur grâce céleste
    Illuminent dans la rue

    Et les frissons de l'âme
    Les miracles entrevus
    Revivent avec le reste
    Au paradis perdu

    Allez savoir pourquoi
    Y a des jours où mes yeux
    Qui ne voyaient que toi
    Se perdent dans les cieux

    Pour suivre les nuages
    Un regret soupiré
    Pour rêver un voyage
    Un ailleurs oublié


    Où chantent encore toutes les voix
    Tous les sanglots, les cris de joie
    Et tous les mots qui rendaient fous
    Qui forçaient la chance

    Ô mon amour
    C'est vrai j'ai peur
    J'ai peur du rêve
    Qui se meurt
    J'ai peur du vide dans nos cœurs
    De l'indifférence

    Mais la beauté des femmes
    Et le temps suspendu
    A leur grâce céleste
    Illuminent la rue

    Et les frissons de l'âme
    Les miracles entrevus
    Revivent avec le reste
    Au paradis perdu
  • 09.
    T'aimer quelque part
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    J'voudrais t'aimer quelque part
    Où l'amour n'existe pas encore
    J'voudrais t'aimer quelque part
    Où il n'attend que nous pour éclore

    Réinventer tous les gestes
    Recommencer à zéro
    Retrouver l'écho céleste
    Des sentiments et des mots

    J'voudrais vivre une belle histoire
    Qu'on n'ait pas encore racontée
    J'aimerais bien ne pas savoir
    Comment tout va se terminer
    Laisser courir l'aventure
    Laisser jouer le hasard
    Et risquer quelques blessures
    Qui nous rapprocheraient plus tard

    T'aimer quelque part où tout n'est pas dit
    Là où les mots de l'âme modulent la vie
    T'aimer quelque part ici ou ailleurs
    Suivre tout simplement les chemins du cœur

    J'voudrais t'aimer quelque part
    Où le malheur n'est pas encore passé
    Pour larguer son désespoir
    Sur nos écoles sur nos cités
    Je voudrais retrouver la fête
    Avec ses rires d'enfants
    J'voudrais chasser de ma tête
    Les idées noires du présent

    T'aimer quelque part d'un amour si grand
    Que la terre et le ciel tiendraient dedans
    T'aimer quelque part d'un amour si fort
    Que dans plus de mille ans, on le chante encore

    T'aimer quelque part où tout n'est pas dit
    Là où les mots de l'âme modulent la vie
    T'aimer quelque part ici ou ailleurs
    Suivre tout simplement les chemins du cœur

    Quelque part loin de la haine
    Un havre d'humanité
    Quelque part où l'on apprenne
    L'art de la fraternité

    T'aimer quelque part où tout n'est pas dit
    Là où les mots de l'âme modulent la vie
    T'aimer quelque part ici ou ailleurs
    Suivre tout simplement les chemins du cœur
  • 10.
    Tous mes mensonges
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    Tous mes mensonges
    Te disent ma vérité
    Tous mes mensonges
    Eclairent ma réalité

    Tous mes mensonges
    Te promettent l'été
    Quand tu t'allonges
    Douce à mes côtés

    Même quand l'hiver se déchaîne
    Même quand j'ai le cœur en peine
    Même quand tu me dis je t’aime
    Même lorsque tu es toi-même

    Ecoute entre les mots
    Comprends que mes délires
    Sont des ailes dans mon dos
    Il était un petit navire

    Tous mes mensonges rejoignent les tiens
    Je suis comme toi, je le fais pour ton bien
    Et toi tu plonges tu ne doutes de rien
    Mon doux rêveur c'est toi qui m'appartiens

    Même quand la vie semble belle
    Même si tu me sais fidèle
    Même quand les mots s'entremêlent
    Même s'ils oublient l'essentiel

    J'aime bien ton cinéma
    Tu crois lire dans mon âme
    C'est bien joli tout ça
    Mais tu oublies que je suis femme

    Tous mes mensonges
    Veulent t'émerveiller
    Quand ils prolongent
    Mes rêves éveillés

    Tous tes mensonges
    Je les connais par chœur
    Ceux ce qui te rongent
    Ceux qui cachent tes peurs;

    Tous mes mensonges
    Te disent ma vérité
  • 11.
    Où me suis-je perdu
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    Où me suis-je perdu ?
    Quelqu’un m’aurait-il vu ?
    Ici-bas ou ailleurs
    J’ m’inquiète pour moi, j’ai peur
    Où suis-je donc resté?
    J’ai l’esprit fatigué
    Je ne me souviens plus.
    Où me suis-je perdu ?

    Dans un regard si froid qu’il m’a pétrifié
    Dans un bar oublié où je t’attends encore
    Dans le flot d’une foule qui m’a piétiné
    Le sillage d’un bateau, largué par-dessus bord

    Dans le rêve éclaté de l’enfant que j’étais
    Un délicieux délire chassé à tout jamais
    Dans la beauté offerte de la première fille
    Le sourire d’une mariée sur une photo jaunie

    Où me suis-je donc perdu ?
    Quelqu’un m’aurait-il vu ?
    M'aurait-il reconnu?
    Où? Où ai-je disparu?
    Que suis-je devenu?
    Où me suis-je perdu ?

    Derrière la porte claquée d’un malentendu
    Tu n’es plus comme avant dis que me caches-tu ?
    Dans un roman d’amour où je meurs de chagrin
    A moins que l’auteur n’ait réécrit la fin

    Dans le rire trop gras d’une femme de passage
    Ou les bras d’une sainte et son amour trop sage
    Dans l'arène d'un vieux cirque en représentation
    Où je jouais le clown qui perd son pantalon

    Où me suis-je donc perdu ?
    Quelqu’un m’aurait-il vu ?
    M'aurait-il reconnu?

    Où donc ai-je laissé toute ma force et mon souffle?
    Dans mon caddy rempli dans un supermarché
    Dans mon peignoir bleu ciel à côté de mes pantoufles
    Dans mon programme télé que je n’ veux pas rater

    Dans un train qui explose et tue des innocents
    Victime collatérale d’un autre bain de sang
    Suis-je en train de mourir à Kaboul, à Bagdad
    Dans quelle guerre oubliée m’a-t-on laissé en rade ?


    Où me suis-je donc perdu ?
    Quelqu’un m’aurait-il vu ?
    M'aurait-il reconnu?
    Où me suis-je donc perdu ?
    Où ai-je disparu?
    Que suis-je devenu?
    Où me suis-je donc perdu ?
  • 12.
    Alice
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    pas d'extrait
    pas d'extrait
    Moi le chantre un peu lisse
    Au langage désuet
    J'ai rencontré Alice
    Qui m'a dit "J't'aime bien mais"
    Faut que tu t'enhardisses
    Faisons de grands projets
    Le temps que je rougisse
    Nous n'avions plus d'secrets

    Elle me parla très fière
    Des cornes de son mari
    En voyage d'affaires
    Du lundi au samedi
    Comme on était dimanche
    Je ne comprenais pas
    Mets tes mains sur mes hanches
    Allez chante pour moi

    Comme disaient les Chinois
    Et sans doute les Perses
    Il n'y a pas de loi
    Qu'une chanson ne renverse

    Comme c’était romanesque
    Alice les joues en feu
    En extase, enfin presque
    Le bon Dieu dans les yeux
    Moi j' lui parlais des fresques
    De la chapelle Sixtine
    Elle me hurla "Quand est-ce que
    On boit bonté divine?"

    Elle m'a dit qu'elle aimait
    Le Gevrey- Chambertin
    Qu'un p'tit verre réveillait
    Ses fantasmes coquins
    Moi j'ai le vin amoureux
    Ca m'rend plutôt rêveur
    "V'là un magnum pour deux"
    Dit-elle la bouche en cœur


    Comme disaient les Chinois
    Et sans doute les Perses
    Il n'y a pas de loi
    Qu'un bon cru ne renverse

    Vivent les charretières
    Leur belle élocution
    Et leur vocabulaire
    Et leur regard fripon
    Quand sa divine sphère
    Apparut au balcon
    Je voyais l'univers
    Et toute la création

    Ne sachant que lui dire
    Qui n'éteigne sa passion
    J’entonnai sans même rire
    "La ronde des jurons"
    Je sortis de ma gorge
    Des mots au diapason
    J'voulais pas qu' Tonton Georges
    Me traitât de couillon

    Alors pour une fois
    Sans ruse ni commerce
    Ni sans langue de bois
    Ni périphrases diverses
    Je vous le dis tout rond
    Sans jouer les faux derches
    Je l'ai promis à Tonton
    J'ai parié dix sesterces

    Comme disaient les Chinois
    Et sans doute les Perses
    Il n’y a pas de loi
    Qu'un beau cul ne renverse
écouter l'album sur :

Telecharger l'album sur :